Co-créer le service national de géocodage

La Plateforme nationale de géocodage rassemble une communauté métier d’acteurs et d’utilisateurs pour collaborer sur la qualité du géocodage en France, avec l’arrivée de la Base Adresse Nationale (BAN).

Le géocodage est un besoin transversal des administrations, présent au quotidien dans leur procédures métier (traitement des sollicitations, organisation des interventions...). Il est également largement utilisé dans les phases d’analyses et d’élaboration des politiques publiques, pour lesquelles des traitements géostatistiques peuvent nécessiter d’utiliser des millions d’adresses.

Aujourd’hui, de nombreux outils coexistent au sein des administrations et tournent sur des données parfois obsolètes, aux modes de mise à jour parfois incertains ou peu transparents. Le recours à des services propriétaires créent un risque de dépendance numérique.

Issue de l’expérience des uns et des autres, la bonne compréhension des besoins métiers et des contraintes techniques est indispensable à l’élaboration de spécifications sur la qualité attendue d’un géocodeur du service public.

État des lieuxdes outils et des pratiques

Spécificationssur les attendus du service de géocodage

Évaluationméthodes de notation, outils de test, benchmarks

Comment contribuer ?

Témoignerde votre utilisation

Pour repérer les insatisfactions et identifier les solutions, partageons entre nous les expériences de terrain. Contribuez à l’état des lieux par votre témoignage !

Commenterles avis et propositions

Les articles publiés sur ce site sont des propositions et des études de fond. Ils ont besoin de consensus ou de débats. Au bas de la page, indiquez je suis d’accord ou bien exprimez vos critiques ou interrogations !

Proposerdes adresses à tester

Pour aboutir à un benchmark fiable et partagé, il nous faut rassemblers un échantillon d’adresses suffisant pour couvrir les différents cas : lieux-dits, CEDEX, etc.

Les enjeux de la qualité

Il a été constaté qu’en matière de géocodage, il y a un non seulement un décalage perceptible entre les attentes et les solutions, mais aussi un manque de clarté sur les résultats attendus. On citera par exemple : tolérances des orthographes approximatives, prise en compte des lieux-dits, actualité des données...

Il est donc nécessaire de faire un travail de formalisation des critères de qualité , évoluant vers un standard qui définisse ce qu’on entend par géocodage de qualité en rapport avec les besoins des administrations et permettant :

Porteurs du projet

MEEM

Porteur du projet

IGN

Porteur opérationnel du projet

SGMAP

Contributeur au suivi technique et financier du projet

Groupe Caisse des dépôts et consignations

Gestion administrative et financière du Programme d’Investissements d’Avenir

En savoir plus sur le contexte